Journal de l'atelier - Lomé

- 18.02.2019 - 21.02.2019 - 

radio2.jpg

Eleveur mobile,

un métier à risques

 

La transhumance est une mobilité à risques. Les éleveurs peuvent perdre beaucoup.

Enquête de Cécile Goudou

Un métier à risques - Cécile Goudiou
00:00 / 00:00
cecile.jpg

Cécile Goudiou

Journaliste - Radio RTB - Bénin
Capture d’écran 2019-03-16 à 19.18.09.pn

Le Togo s’organise pour une mobilité apaisée. Et ça marche : aucune victime de la transhumance en 2018

 

Au nord, à la frontière avec le Burkina Faso, l’ONG GEVAPAF* fait un gros travail de terrain. Son directeur Jean Tadanlenga Yatombo répond à Souglemane Yendabré. 


*GEVAPAF : Association Gestion de l’Environnement et Valorisation des Produits Agropastoraux et Forestiers

Une mobilité apaisée - Souglemane Yendabré
00:00 / 00:00
souglemane.jpg

Souglemane Yendabré

Journaliste - Radio Courtoisie Dapaong - Togo

La transhumance pour des citadins de moins de 20 ans

 

Que pensent les jeunes de Lomé de la transhumance ? Cécile Goudou a tendu son micro à des étudiants rencontrés à l’Institut Français du Togo.

Les moins de 20 ans - Cécile Goudiou
00:00 / 00:00
cecile.jpg

Cécile Goudiou

Journaliste - Radio RTB - ßénin

L’importance du vétérinaire dans l’abattage des animaux

Après leur vente au marché du bétail, les animaux sont ensuite convoyés vers l’abattoir pour leur transformation. C’est le dernier endroit où transitent le bœuf, le cabri ou le porcin de son vivant pour finir en viande dans l’assiette du consommateur. Si ce dernier mange de la viande saine, il le doit aux agents vétérinaires commis pour la vérification de la santé animale. Pangabou Logonda aborde le rôle que lui et ses collègues exercent dans les abattoirs et sur les marchés de vente d’animaux.

adonis.jpg

Adonis Bohoun 

Journaliste -Bblog et ORTB web - Bénin